Poster un commentaire

Sénégal: Le Qatar et la Cité des affaires de Macky Sall

Par rapport aux éventuels projets prévus sur le site de l’aéroport Léopold Senghor, le président de la République ne s’est pas encore prononcé, si ce n’est devant l’Emir du Qatar. Lors d’une visite effectuée dans ce pays le 26 février 2014, Macky Sall avait exposé un projet de construction d’une Cité des affaires à Dakar.

Il avait ainsi manifesté sa volonté de mettre à disposition le site de l’aéroport pour sa réalisation. L’idée avait germé avec son prédécesseur Abdoulaye Wade.

Le résumé de présentation du projet élaboré par l’Agence de promotion des investissements et des grands travaux (Apix) indique que «la Cité des Affaires sera implantée sur le site de l’actuel Aéroport Léopold Sédar Senghor de Dakar, qui sera libéré, après la mise en service du nouvel Aéroport international Blaise Diagne».

Les objectifs d’un tel projet sont tendent à permettrre d’implanter un complexe immobilier «permettant d’offrir les capacités d’accueil, les infrastructures et les services nécessaires à l’implantation de quartiers généraux de grandes multinationales et d’entreprises souhaitant développer des plateformes de redéploiement régional de leurs activités à partir de Dakar». Pour ce faire, les réalisations sont étalées dans le temps. Ainsi «les aménagements prévus seront réalisés de manière progressive, sur la base d’un programme architectural et urbanistique englobant l’ensemble du site (800 ha). L’étude de faisabilité a été terminée en 2010». 

Le Sénégal a proposé aux Qataris le site de l’actuel de l’Aéroport Léopold Sédar Senghor avec une superficie de quelques 800 ha. A défaut, ils peuvent opérer aux abords du Lac rose ou même sur le site de l’actuel Camp militaire Leclerc de Liberté 6. Le choix définitif d’un site attend d’être officialisé. L’aéroport de Dakar reste en ligne de mire.

L’un des bulletins d’informations de l’Aof de 1953  révélait une vaste plaine appréciable à partir du phare des Mamelles. Aujourd’hui, les efforts du Président Senghor d’agrandir l’aéroport de Dakar jusqu’à 1601 ha sont anéantis après son départ. En 2011, l’aéroport ne comptait pas plus de 800 ha.

La primeur était venue de Aminata Niane, l’ancienne Directrice générale de l’Apix. «Elle nous a dit ici que l’aéroport de Dakar est grand de 1601 ha. Donc, 2501 ha suffiront pour disposer d’un aéroport sécurisé à Diass, soit 1000 ha de plus», se rappelle le président de la Commission domaniale, Bathie Sène, de la commune de Diass, qui avait pris part à une audience publique tenue dans sa localité.
Depuis 1974, le domaine foncier de l’aéroport de Dakar est presque réduit de moitié. D’ailleurs, selon l’expert en aéronautique par ailleurs expert en droit des affaires, Djibril Birasse Bâ, «on ne saurait procéder à un recensement sérieux et complet sans tenir compte des occupations illégales du domaine aéroportuaire et de certains immeubles mis en location depuis de très nombreuses années, pour un montant purement symbolique, et qui sont devenus pratiquement propriété des locataires». M. Bâ montre dans un article que  le domaine de l’aéroport de Dakar englobe des terres de cultures acquises auprès de certaines familles sénégalaises, des terrains militaires dits de l’aéronautique et les biens immobiliers résultant de l’expropriation pour cause d’utilité publique des familles vivant dans les villages de Ngor, Yoff et Ouakam. En effet, le principal terrain de l’aéroport de Dakar reste le titre foncier (Tf) 4407/Dg du 15 avril 1944. Il était acquis suite à une réquisition datée du 22 juin 1943 et pour une surface globale de 471 hectares. 91 personnes avaient été expropriées à cet effet.
Toutes ces terres ont été cédées à 40 francs Cfa le mètre carré en 1943. Le montant global était de 23 millions 928 mille 320 francs Cfa. Il s’y ajoute les terrains militaires français. Ils ont été mis à la disposition de l’Asecna depuis le 1er janvier 1961. Plus tard, précisément le 18 septembre 1962, un Accord domanial a été signé entre le Sénégal et la France à cette fin.

Des régimes lotisseurs
L’article 2 du procès verbal portant «régularisation de la mise à la disposition de l’Asecna d’immeubles appartenant à l’Etat français du Sénégal» relatif à l’accord domanial susmentionné précise que «cette mise à disposition ne confère qu’un simple droit de jouissance pour l’agence et que cette dernière s’engage donc à restituer à l’Etat français les immeubles en cause, dans le cas où elle viendrait à être dissoute, à cesser son activité au Sénégal, ou à ne plus avoir l’emploi de certains bâtiments et terrains…». Il s’est ensuivi l’Accord domanial du 29 mars 1974 relatif au «transfert à la République du Sénégal de la propriété de tous les terrains et immeubles immatriculés au nom de l’Etat français y compris les biens de l’Asecna».
Ce document inconnu des Archives nationales, précise les parcelles qui composent le domaine de l’Aéroport Léopold Sédar Senghor et les constructions qui y sont édifiées. En plus du titre foncier précité, il s’agit des Tf «4189/Dg du 14-10-1941» (5ha), «4366/Dg du 1er-07-1943» (12 ha environ), «5019/Dg du 22-12-1948» (62 ha 80 a). Pour des besoins d’allongement de la piste d’atterrissage principale, il a fallu procéder à une opération d’expropriation pour cause d’utilité publique, portant sur de vastes superficies situées aussi bien vers Yoff Tonghor que du côté de l’actuelle Voie de dégagement nord (Vdn). Elles portaient également sur la bande verte. Pour ce faire, le Président Senghor prit le décret n° 74-938 du 19 septembre 1974.
Les numéros des titres fonciers, de même que les noms d’une trentaine de propriétaires figurent dans ce document disponible aux Archives nationales. Aujourd’hui, en dehors des installations de l’Asecna, la superficie de l’Ailss déterminée en 2010 par l’Apix est de 800 ha ; ceci surtout à cause des multiples déclassements qui ont fait aujourd’hui le quartier Mermoz, les cités Asecna, Avion, Touba Ouakam, Yoff aéroport, Biagui, une bonne partie des Almadies et de Terme Sud (Ouakam). Le régime de Abdoulaye Wade a simplement accéléré la cadence des lotissements héritée des Socialistes.

Birame FAYE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :