Archives de tags | Sénégal

Présentation de la réforme foncière

La réforme foncière amorcée en 2014 a deux préoccupations majeures : Permettre une meilleure valorisation des terres et prévenir l’attribution définitive de ce bien précieux qu’est la terre. Publicités

Organiser pour mieux servir

La terre est un Lieu pourvoyeur de ressource et pour un partage équitable, le Niger et le Ghana proposent des reformes basées sur un processus participatif

Madagascar et du Cameroun redessinent une nouvelle carte foncière

La terre représente un cadre de vie, un environnement, un cadre d’inscription des événements majeurs de la vie des individus et aussi un territoire porteur de la mémoire collective. C’est pourquoi les politiques prennent des mesures préalables pour permettre le vivre ensemble.

L’accès des femmes à la terre en Afrique: Les coutumes sociologues entravent le processus

La question sur l’accès des femmes à la terre s’est invitée ce mardi 12 main 2015, au débat de la table ronde ministérielle organisée par le ministère de l’agriculture. C’est à l’occasion du forum foncier mondial qui se tient du 12 au 16 mai, à Dakar. Selon les Panélistes, les coutumes sociologiques constituent les difficultés […]

Forum Foncier Mondial: La foire des problèmes liés au Fonciers

Les pays africains pour la plupart sont confrontés à d’énormes conflits fonciers liés au droit coutumier, la braderie des terres soit par les populations ou les institutions représentant l’Etat, l’arrivée des multinationales, la limite des législations foncières etc.

Côte d’Ivoire Victor Naclan toure – Président par intérim du club Union Africaine

« Le gouvernant a fait l’erreur de s’appuyer sur le droit coutumier »

Cote d’Ivoire : Accès des femmes a la terre ; Comment la loi contribue à « insécuriser » les femmes

  17 ans après son adoption, la loi sur le foncier rural en Côte d’Ivoire peine à garantir à la femme le droit de posséder un titre foncier. Les coutumes traditionnelles y sont pour quelque chose dans certaines communautés. L’Etat, initiateur de cette loi reste incapable de la faire respecter sur le terrain.

Sénégal : Extension de la commune de Thiès ; Fandène et ses villages avalés par la village

En s’appuyant sur le décret 78-401 du 9 mai 1978, la commune de Thiès a étendu ses superficies sur les terres de l’ancienne communauté rurale de Fandène. Dans ladite localité, la pression sur le foncier n’a pas attendu. Les lotissements se sont multipliés à outrance, profitant à certaines autorités locales et dépouillant les populations.

Sénégal: Le Qatar et la Cité des affaires de Macky Sall

Par rapport aux éventuels projets prévus sur le site de l’aéroport Léopold Senghor, le président de la République ne s’est pas encore prononcé, si ce n’est devant l’Emir du Qatar. Lors d’une visite effectuée dans ce pays le 26 février 2014, Macky Sall avait exposé un projet de construction d’une Cité des affaires à Dakar.

Sénégal : Délocalisation de l’aéroport de Dakar a Diass ; Interrogations autour de l’avenir des terres

L’aéroport Léopold Senghor est en passe d’être délocalisé à Diass (environ 40 km de Dakar). Dans cette perspective, l’Etat reste imprécis sur les affectations futures de ce domaine public très convoité.

Sénégal: «On ne sait comment Anoc a pu obtenir  tous ces papiers qu’elle n’avait»

Bocar Diallo, coordonnateur du comite de lutte pour la récupération des terres CEDEES à l’ANOC

Sénégal : La loi sur le Domaine national foulée aux pieds

L’Anoc n’a pas respecté la loi sur le Domaine national dans ses acquisitions de terres à Ourour, et cela de connivence avec les autorités locales. D’abord, quand elle a investi la Communauté rurale, la société n’a pas pris soin d’aller voir le Conseil rural pour une affectation de terres, tel que le stipule la loi […]

Sénégal : Ces paysans qui y trouvent leur compte

Bien que la culture du jatropha soit une menace pour la sécurité alimentaire des paysans de Ourour qui n’ont plus de terres où développer les cultures vivrières, certains paysans disent se retrouver dans ce projet et continuent à témoigner leur confiance à l’Anoc. Parmi eux, Bara Sall, le délégué des ouvriers agricoles.

Sénégal : Mobilisation des paysannes, La terre, une question de vie ou de mort

A Ourour, les paysans ne comptent plus rester sans réagir face à l’accaparement de leurs terres. Las d’attendre la réaction des autorités, ils comptent faire face la société African National Oil Corporation (Anoc, voir page précédente) qui a pris leurs champs pour y cultiver du jatropha. Des terres acquises «illégalement».

Sénégal: Transactions foncières : Les chemins de la terre fermées aux femmes

A Ourour, plusieurs femmes sont obligées de «louer des terres» à défaut d’avoir leurs propres espaces pour cultiver. Ce qui est ahurissant, puisque les terres du Domaine national ne peuvent ni faire l’objet de vente, encore moins de location, selon la loi sur le Domaine national. Mais à Ourour, accéder à la terre relève d’un […]

Mauritanie : Accaparement des terres ; Une loi floue qui couvre tous les abus

Aujourd’hui, comme nombre de pays africains, la Mauritanie dispose de terres vierges pas encore mises en valeur. Le grand défi, c’est le manque de transparence dans la gouvernance foncière.

Mauritanie : La préoccupante situation de l’accaparement des terres

La problématique de l’accaparement en Mauritanie n’est pas uniquement économique. Elle est sociétale. Les expropriations foncières ne visent que les terres contrôlées, depuis des siècles voire des millénaires, par les Noirs du pays, négro-africains et haratines, toujours au profit de la couche arabe beydane (maures blancs) du pays.

Maritanie: Femmes, parias de la terre

Le mode de propriété en Mauritanie est demeuré de type traditionnel qui ne fait pas de place aux femmes. La loi foncière précisait pourtant que « tout mauritanien, sans discrimination d’aucune sorte », pouvait accéder à la propriété du sol. Faudrait-il mettre les points sur les i, en précisant « tout Mauritanien ou Mauritanienne » ?

Guinée : Accès des femmes a la terre ; un droit  ignore par le code foncier guinéen

Plus de 70% des activités des Guinéens sont consacrées au travail de la terre en milieu rural, mais à l’image du droit coutumier, le code foncier méconnait « souverainement » les femmes du droit d’être aussi propriétaires des terres qu’elles exploitent avec toutes les peines du monde.